De l’utilité de la norme NF Z42-013…. (ou la confiance dans le support numérique)

En pleine lecture (et assimilation) de cette norme au nom étrange mais dont l’intérêt est majeur aujourd’hui pour l’archivage électronique, je ne peux m’empêcher de m’interroger sur la portée d’une telle norme et l’influence qu’elle peut/doit ( ?) avoir sur la pratique archivistique. Faut-il encore que j’explique de quoi il s’agit, car cette norme n’est pas le dernier gadget Hi-Tech à la mode ? En effet, NF Z42-013 est une norme française de stockage qui a pour objectif la pérennité, l’intégrité, la sécurité et la traçabilité des données archivées dans un système d’archivage électronique (SAE). Créée pour les tiers archiveurs, elle est indispensable à qui veut développer une plateforme d’archivage électronique. La « philosophie » de la norme est de répondre aux obligations juridiques de l’archivage, c’est-à-dire d’assurer la valeur probatoire des documents numériques. Horodatage, signature électronique, métadonnées d’archivage sont autant de barrières avancées par la norme pour éviter toute corruption du SAE. Alors que les journaux parlent de plus en plus de « cyberwar [1] », ces garanties semblent ne pas être superflues. Pourtant, en tant qu’archiviste, comment ne pas comparer la sécurité appliquée aux archives électroniques à celle des archives papier (surtout quand ces dernières sont entassées en vrac dans le grenier ouvert au vent d’un vieux bâtiment administratif) ?

Papier versus numérique

Toutes ces précautions sont dictées par une société qui n’a pas confiance dans le numérique, mais qui a une confiance aveugle dans le papier. L’habitude sans doute… A moins que les principes fondamentaux archivistiques soient amenés à évoluer… Dans ce cas, les précautions prises seraient liées à une absence de recul (ce qui est vrai) dans ce domaine. Ne prenons qu’un exemple pour comprendre cette évolution : la question du statut d’original ou de copie dans l’univers numérique. A chaque migration des données, les cartes sont rebattues. La notion d’original n’est plus liée au support matériel. Les métadonnées d’archivage sont présentes pour garantir l’intégrité des données conservées. Des « copies de sécurité [2] » conservent le document original en au moins deux exemplaires . L’emploi du terme « copies de sécurité » est intéressant à souligner. La notion d’original et de copie permet d’insister sur la dichotomie support/contenu des archives numériques. La solution pour garantir l’intégrité des archives est alors de se contraindre à procéder à une suite (presque sans fin) de contrôles des contrôles (qui sont automatiques – heureusement pour l’archiviste – après paramétrage), afin que tous les documents électroniques archivés soient consultables dans cent ans ou plus… La norme NF Z42-013 a été créée à cet effet, mais quelle application concrète en faire ? Doit-on élaborer de nouvelles normes plus facilement applicables à l’univers numérique pour gérer l’afflux documentaire de ces prochaines années ? Même s’il faudra encore quelques années pour annihiler cette méfiance à l’égard du numérique, les archives papier, fruit d’une longue tradition historique, semblent inébranlables et ont encore de « beaux jours » devant elles.

ML

[1] The Economist, 1er juillet 2010

[2] Norme NF Z42-013, article 5.7. Copies de sécurité, p. 21 : « Le système d’archivage doit être conçu pour toujours disposer d’au moins deux exemplaires d’une même archive conservés à des endroits géographiques différents ».

Bookmark and Share

Étiquettes : , ,

Aucun commentaire pour l’instant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :