L’évaluation des archives électroniques: un renversement du travail archivistique

Ce matin à la CITRA, la réflexion de Daniel J. Caron, le Bibliothécaire et Archiviste du Canada au sujet de « la documentation de la société  dans l’environnement numérique » m’a conduit à m’interroger sur l’évolution de l’évaluation dans la pratique archivistique. Il a insisté sur les transformations récentes de la pratique archivistique.

L’archiviste a la responsabilité d’analyser et d’évaluer la production documentaire. Cette activité intervenait longtemps après la création des documents. Mais dans l’environnement numérique l’évaluation doit intervenir dès la création d’un document non seulement pour éviter les risques d’altération de l’information mais surtout pour opérer une sélection en amont. C’est peut-être la meilleure manière de faire un choix pour décider de ce qu’il faut conserver. L’information se multiplie rapidement et la société produit aujourd’hui une quantité très importante de documents que nous ne pouvons pas conserver éternellement et que nous ne devons pas conserver non plus. En ce sens, l’évaluation des archives électroniques constitue un véritable renversement du travail archivistique.

LFH

Étiquettes : , ,

Aucun commentaire pour l’instant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :