Un acteur du patrimoine doit-il être un homme-orchestre ou un spécialiste ?

Hier s’est ouvert à la Galerie Colbert le colloque des 20 ans de l’Institut national du patrimoine (INP). L’école d’application a décidé de porter le débat sur l’évolution du métier de conservateur depuis le précédent colloque qui s’était tenu au sein de cette même institution 17 ans auparavant [1]. Les interventions de haute tenue ont permis de confronter la manière française de conserver le patrimoine avec les autres pays européens. Un rappel sans aucun doute nécessaire pour évaluer les choix français en la matière. Quel rapport me direz-vous avec les archives ? La présence de certains archivistes lors des tables-rondes permet de mettre en avant quelques pistes de réflexion. Les débats de la journée ont tourné autour de quelques notions clés comme celle de l’ouverture de l’INP aux pratiques des institutions culturelles étrangères, comme l’a rappelé M. Frédéric Mitterrand au début du colloque. Ouverture au monde, ouverture aux pratiques pour repenser le métier à l’ère du numérique, qui est un vrai défi pour les métiers du patrimoine (et non pas uniquement pour les archivistes)[2]. Pour faciliter cet échange des connaissances entre conservateurs, restaurateurs de France et de l’étranger, l’INP va créer une formation doctorale en science de la conservation et de la restauration, initiative dont on peut se féliciter et qui permet de renforcer les liens entre conservateurs, restaurateurs et Université. Pour en revenir aux archivistes, l’intervention de Mme Menne-Haritz, vice-présidente du Bundesarchiv, permet de comparer la situation française et allemande. Comment le métier d’archiviste a-t-il évolué en Allemagne ? L’élément déclencheur de cette évolution est clairement l’arrivée du numérique et des questions sous-jacentes : droit de regard sur nos informations personnelles conservées par l’administration, droit à l’oubli,… L’Allemagne a été pionnière en la matière. Aujourd’hui, les débats portent essentiellement sur la question de l’ouverture aux archives à tous. Comment ouvrir les archives sans mettre en danger les informations devant être protégées ? Comment les rendre accessibles à tous ? Cette constatation fait écho aux problèmes rencontrés en France ces derniers mois avec la question de la réutilisation des données publiques rappelée par Mme Pascale Verdier, directrice des Archives départementales du Bas-Rhin. Une autre évolution a été soulignée par M. Xavier Bray [3], conservateur à la National Gallery. Au Royaume-Uni, force est de constater l’absence de formation qui conduit le « conservateur [4] » du patrimoine à être évalué non pas en fonction de ses diplômes, mais en fonction de son expérience, sa créativité, bref de son travail. Le « conservateur » est à la fois pour lui un scientifique et un « manager », chef de service. Cette importance de l’expérience pour mener à bien un projet patrimonial est confirmée par M. Laurent Le Bon, directeur du Centre Pompidou-Metz, qui rappelle, lors d’une intervention cocasse, qu’il n’a pas de doctorat! Le propos de la journée a été résumé de manière efficace par M. Enrique Valera Aguii, sous-directeur général des musées nationaux au Ministère de la culture en Espagne. Certes, il ne parlait que des musées, mais je pense que son propos peut correspondre à une situation de fait pour tous les métiers du patrimoine [5] à l’heure actuelle. Le métier de conservateur de musées a évolué comme le concept de musée et comme la société. Aujourd’hui, deux profils de conservateurs se dessinent : celui de l’homme-orchestre, qui gère les collections et qui est « manager » et celui du spécialiste. Le choix entre ces deux profils ne peut se faire qu’en fonction des institutions et de leur fonctionnement. Le Musée du Prado n’est en rien comparable à la National Gallery ! Comme l’a souligné, à juste titre, M. Éric de Chassey, directeur de l’Académie de France à Rome, les conservateurs ne sont pas obligés d’être docteurs pour exercer avec brio leur métier. Peut-être que plus de souplesse dans l’exercice de la profession d’archiviste permettrait à la France de participer à la réflexion internationale en matière d’archivistique. Le dialogue avec nos confrères étrangers est plus que nécessaire pour mutualiser nos expériences, nos projets scientifiques et faire évoluer notre métier d’archiviste. Homme-Orchestre ou spécialiste ? A vous de choisir!

ML


[1] Les interventions de cette première journée conduiront à d’autres billets dans les prochains jours, car on ne saurait tout résumer en quelques lignes. Pour autant, il ne s’agit pas d’un compte rendu du colloque.

[2] A ce titre, les musées commencent à s’interroger sur la conservation des photos numériques . L’aide des archivistes leur apparaît indispensable, car, contrairement à d’autres professions, nous ne cessons de nous interroger sur la question depuis quelques années (pérennité des formats, migration, etc.). D’ailleurs, si certains d’entre vous ont des pistes de réflexion en la matière, je suis intéressée.

[3] Xavier Bray était l’un des commissaires de l’une des expositions les plus exigeantes de la National Gallery de ces dernières années, The Sacred made Real, sur la sculpture et la peinture religieuses espagnoles du XVIIe siècle.

[4] « Conservateur » s’entend ici comme une personne en charge de collections patrimoniales et non pas comme un statut.

[5] Ces constatations sont valables pour toutes les personnes qui conservent des collections. On ne parle pas uniquement des fonctionnaires d’État ou territoriaux qui ont le statut de conservateur.

Étiquettes : ,

Trackbacks/Pingbacks

  1. Tweets that mention Un acteur du patrimoine doit-il être un homme-orchestre ou un spécialiste ? | Archives Online -- Topsy.com - 24 novembre 2010

    […] This post was mentioned on Twitter by Pauline Moirez, Marie Laperdrix. Marie Laperdrix said: Un acteur du patrimoine doit-il être un homme-orchestre ou un spécialiste ? par Archives Online : http://tinyurl.com/3x7suwv #autopromo […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :