Records Management, Digital Recordkeeping and Digital Humanities ou pourquoi je suis partie à Londres (la seconde raison après le Tea-Time) !

Je ne pouvais commencer ces articles sur le monde britannique sans parler un peu plus des raisons qui m’ont poussée à partir quelques semaines dans cette magnifique ville qu’est Londres. Il y a quelques années University College London (UCL) a créé un département appelé Department of Information Studies qui regroupe à la fois des archivistes et des bibliothécaires et qui traite de toutes les facettes de ces métiers en rapport avec les nouvelles technologies. Dans un précédent article, LFH a déjà longuement traité le sujet des Digital Humanities,  donc je ne reviendrai pas sur les fondements de cette science qui, depuis 4 ans, se développe considérablement Outre-Manche. Je fais actuellement partie de ce département, qui regroupe donc les Digital Humanities, l’archivage électronique et le Records Management, trois tâches qui, en France, ne sont suivies que par une seule et même personne, l’archiviste (-tout terrain, tel un Don Quichotte des temps modernes) en charge des nouvelles technologies, que nous appellerons digital archivist pour faire simple. La différence majeure est que ces trois compétences sont portées au Royaume-Uni par trois personnes différentes, ce qui complique ma tâche pour pouvoir appréhender l’ensemble en 7 semaines seulement ! Ce qui frappe au premier abord, ce sont les moyens mis à disposition par l’UCL pour réfléchir et développer ces trois domaines : bibliothèque spécifique pour les Librarians et les Archivists, lectures, conférences, rencontres et nombreux échanges avec les doctorants, les docteurs, etc. Il n’existe d’ailleurs pas de système équivalent sur le territoire français (malheureusement), et ce, malgré les efforts de certains pour développer ces trois domaines [1].  Ensuite, au-delà du fait d’apporter un nouvel éclairage sur ces trois domaines, ce sont les chercheurs et archivistes britanniques qui, par leur grand enthousiasme et leur passion, sont toujours ravis de partager leurs expériences et leurs idéaux en matière d’archivistique, et notamment via les réseaux sociaux (twitter : @librarian, @ammeveleigh, etc.)… des initiatives novatrices dont il faut souligner la qualité du contenu scientifique ! Avant que je n’oublie, je souhaiterais profiter de ce premier post pour parler d’un sujet qui préoccupe nos amis protecteurs du patrimoine et de la culture au Royaume-Uni: le sort des bibliothèques de proximité. A cause de la crise économique et des coupes budgétaires, de nombreuses bibliothèques vont fermer. Des grandes manifestations se sont déroulées au Royaume-Uni le 5 février dernier (Save our Libraries Day – The Guardian). Samedi, d’autres manifestations ont eu lieu comme celle organisée pour sauver la Minet Library de Londres (twitter : @MinetLibrary), où Sarah Waters est venue faire quelques lectures pour soutenir la bibliothèque.

[1] Comme le master Technologies numériques de l’Ecole nationale des chartes…

ML

Records Management, Digital Recordkeeping and Digital Humanities: Why have I decided to go to London? (The third explanation after English Tea and the fact that I love the United Kingdom)!

I could not publish articles about my journey through British recordkeeping without first telling you why I have decided to go to London and meet British archivists. I am doing an internship at UCL in London in the Department of Information Studies. I wanted to go there because, you British, you have a very specific way to approach recordkeeping. In France, a digital archivist deals with digital recordkeeping, but also with social networking, Records management and promotes records by using new technologies. This All-in-one archivist is a French way to solve the problem, whereas in the United Kingdom, each of these three different skills is steered by one archivist. Not an easy way for me to learn about these 3 fields in just 7 weeks! What is amazing in your country is that you have a lot of means to succeed: library for archivists (thanks to Rachel who took me on a tour of the Science Library!), lectures, conferences. You are open-minded and happy to share your knowledge and experience. Thank you for your hearty welcome! To finish this post about why I love working with Brits, I would like to inform our readers of the bad situation of the British libraries. Due to the economic crisis and to severe budget cuts, lots of libraries across the country are currently threatened with closure. Save Our libraries Day protests took place up and down the UK last week end. Well-known authors have added their weight to the protests.  For instance, on 12 February, Sarah Waters supported the Minet Library at a read-in  (London) (twitter : @MinetLibrary).

ML

Étiquettes : , , , , ,

Aucun commentaire pour l’instant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :